161,835 oz/gold

FY21 Production totale

7 ans

La vie de la mienne

2.33 million oz/gold

RESSOURCES M&I

1.32 million oz/gold

Réserves P&P

Exploration – Pipeline de croissance organique

Détenu à 90% par Perseus

Perseus dispose d’un programme d’exploration ambitieux avec un solide pipeline de prospects à proximité de chacune de nos mines en exploitation, démontrant le potentiel de croissance organique du groupe. Le programme d’exploration se concentre sur des cibles situées à l’intérieur du permis d’exploitation existant, et/ou à une distance de transport par camion, qui ont le potentiel d’augmenter organiquement les ressources et les réserves, et finalement la durée de vie de la mine dans nos exploitations existantes.

Perseus communique régulièrement au marché des mises à jour sur l’exploration ; celles-ci sont disponibles dans la section Investisseurs et Médias du site Web.

YAOURÉ GOLD MINE - COTE D’IVOIRE

Perseus détient un certain nombre de permis d’exploration et d’exploitation avec des prospects dans la zone du projet de la mine d’or de Yaouré. Les prospects actuellement dans le programme d’exploration comprennent CMA Deeps, CMA SW, CMA East, Kongonza, Govisou, Allekran, Degbezere et Degbezere NE.

Le programme d’exploration comprend la cartographie géologique, des études géochimiques du sol et à la tarière, des études géophysiques aériennes et des études sismiques 2D et 3D, suivies de plusieurs phases de forage. Les futurs forages d’exploration et de définition des ressources permettront de réaliser des évaluations de faisabilité pour les cibles proches de la mine, y compris le souterrain de CMA et ses extensions en aval-pendage, les nouvelles cibles dérivées des levés sismiques 2D et 3D, les forages de définition des ressources à Govisou et les forages visant à mieux comprendre la tendance Sayikro et CMA-SW et la tendance Kongonza et KKG.

Le programme d’exploration régional de Yaouré comprend l’intégration d’ensembles de données géochimiques et géophysiques pour définir de nouvelles cibles et mieux comprendre les perspectives à long terme, en particulier à Allekran et le long de la tendance Degbezere.

Géologie

Le projet Yaouré se situe dans la ceinture de roches vertes de Yaouré, d’âge Birimien, dans le centre de la Côte d’Ivoire. Les roches supracrustales du faciès Greenschist dans le district de Yaouré consistent principalement en un assemblage de coulées de lave mafique coussinées et massives. Ces roches sont orientées NNE à NE, ont un fort pendage vers le SE et sont pénétrées par un certain nombre de petits bouchons, sills et dykes de composition mafique à felsique. Immédiatement au nord du gisement, cette séquence aurifère est structurellement juxtaposée à un assemblage volcanosédimentaire basal distinct qui comprend des roches volcanoclastiques basaltiques et des grès dacitiques déposés sous forme d’une série de coulées massives et pyroclastiques avec des épisodes mineurs d’activité fluviale à haute énergie.

Les minéralisations aurifères du district de Yaouré sont encaissées dans des métabasaltes birimiens et des roches intrusives felsiques. Le gisement le plus important, le gisement CMA, est situé dans un important système de failles inversées minéralisées, la structure de chevauchement CMA, qui est orientée N-S et plonge de 25 à 30 degrés vers l’est. La minéralisation du CMA se distingue par une altération omniprésente, modérée à forte, de l’albite et du carbonate de couleur rose-brun pâle, développée dans une zone de glissement bien définie, marquée par une ou plusieurs textures de déformation avec des veines de carbonate de quartz, des veines de faille, des brèches de faille multidilatées, des cataclases et des cisaillements. L’ensemble combiné d’altérations et de filons atteint une épaisseur réelle de 15 mètres. Les données du levé sismique 3D indiquent que la structure CMA s’étend sur plus d’un kilomètre en aval-pendage du gisement CMA connu et l’exploration se concentre actuellement sur l’étude du potentiel de ressources supplémentaires en profondeur.

Le gisement intrusif adjacent de Yaouré comprend une minéralisation contrôlée par des structures à pendage est, similaires à la ZGC, en plus d’une minéralisation associée à des veines de quartz-tourmaline-chlorite-carbonate contrôlées par des failles sub-verticales d’orientation NE et NW, ainsi que des veines de quartz en stockwork avec des lisières d’altération associées, hébergées par un corps intrusif de granodiorite.

Les zones d’intérêt CMA SW et Kongonza se situent sur les extensions méridionales interprétées de la structure de chevauchement CMA, là où elle se divise en branches SW et SE. La structure CMA SW est orientée vers le NE et présente un pendage d’environ 30 degrés vers le SE. La minéralisation comprend de l’or associé à de la pyrite dans un assemblage d’altération quartz-albite-carbonate dans des métabasaltes. La structure minéralisée a généralement une épaisseur réelle de 6 à 8 mètres. À Kongonza, l’or est associé à des veines de quartz et à la silicification dans une structure orientée NNW et plongeant à environ 40 degrés vers l’est. Aux seuils de faible teneur en or (par exemple 0,2g/t), la minéralisation de Kongonza atteint une épaisseur réelle de 70 mètres, mais les teneurs potentiellement économiques sont généralement limitées à des épaisseurs réelles de 10 à 15 mètres.

Le prospect Govisou repose sur des basaltes andésitiques intrudés par des corps granodioritiques. La minéralisation se présente sous forme de disséminations de pyrite et d’arsénopyrite dans la granodiorite et dans des veines de quartz-carbonate dans l’intrusif et les basaltes.

La zone d’intérêt CMA Est est constituée de structures de type CMA dans la paroi suspendue du chevauchement CMA, identifiées à partir de la sismique 3D, où ces structures sont interprétées comme faisant saillie à la surface.

Les perspectives de Degbezere sont situées le long d’une zone de cisaillement régionale majeure à environ 15-20 km à l’ouest de la zone CMA. La géologie est constituée de volcanites mafiques localement intrudées par des corps de granodiorite. La géologie du prospect voisin d’Allekran, définie à partir de la géochimie des sols et des tarières, repose également sur des volcanites mafiques localement intrudées par des corps granodioritiques.

SISSINGUÉ GOLD MINE - COTE D’IVOIRE

Le pipeline d’exploration de Perseus pour l’usine de Sissingué comprend le permis d’exploitation de Sissingué, le permis d’exploration de Mahalé et le permis d’exploration de Bagoé. Les permis de Mahalé et de Bagoé se trouvent tous deux à l’extérieur des limites de la mine existante, mais à une distance de camionnage de l’usine.

Le programme d’exploration sur le permis de Bagoé comprend la poursuite du forage et de l’évaluation des prospects Antoinette, Juliette, Juliette SW, AJ Gap et Véronique ainsi que l’investigation de prospects plus anciens tels que Ludivine et Brigitte.

L’exploration antérieure extensive sur le permis de Sissingué a conduit à la découverte du gisement de Sissingué ainsi que d’importants prospects à Zanikan, Kanakono, Papara et Katara, qui ont tous fait l’objet d’un forage intensif. Bien que la viabilité économique de ces projets n’ait pas été démontrée, nous continuons à examiner les ensembles complets de données géochimiques, géophysiques et de forage acquis sur la propriété afin de générer d’autres cibles à explorer. De même, l’exploration extensive antérieure sur le permis de Mahalé a identifié les gisements de Fimbiasso Est et Ouest et l’exploration préliminaire sera étendue pour couvrir les permis adjacents de Diamakani et Débété lorsqu’ils seront accordés.

Géologie

Le permis de Sissingué est situé dans les roches paléoprotérozoïques (Birimien) de la partie centrale de la ceinture de roches vertes de Syama. La géologie de la région est dominée par des métasédiments clastiques basaux pénétrés par des intrusions majeures felsiques (granodioritiques) et mineures mafiques à granodioritiques, traversées par des cisaillements et des failles orientés principalement vers le NNE.

Les gisements d’or du district de Sissingué sont de type orogénique, avec des roches vertes. La minéralisation aurifère de la mine d’or de Sissingué se trouve principalement dans une intrusion de granodiorite en forme de bouchon et un système de dykes felsiques intrudés dans un assemblage métasédimentaire d’argilite, de siltstone, de grès et de brèche sédimentaire hétéroclite et de conglomérats le long d’un corridor de 700 mètres de long sur 250 mètres d’épaisseur orienté NNO. Bien que la minéralisation soit concentrée sur le bouchon et les dykes granodioritiques, les métasédiments sont également fortement minéralisés, en particulier au-dessus du corps principal de granodiorite. L’or se trouve dans un système de veines de quartz-carbonate fortement développé avec une altération associée de carbonate + séricite + albite + pyrite ± arsénopyrite.

En revanche, le permis de Mahalé est situé sur la marge occidentale de la ceinture de roches vertes de Syama, avec une minéralisation aurifère localisée le long des contacts cisaillés d’une syénogranite riche en magnétite intrudée dans des volcanites mafiques. À Fimbiasso Est, les lentilles de minerai orientées NNW à NS sont orientées à un angle faible ou subparallèlement à des failles à fort pendage E et à la foliation associée, tandis qu’à Fimbiasso Ouest, les lentilles de minerai sont associées à un système de failles de chevauchement orienté ESE et à faible pendage NW et aux fractures à faible angle associées. Les deux gisements se sont développés là où les contrastes rhéologiques entre les roches intrusives rigides et les roches volcaniques environnantes ont formé des conduits favorables aux fluides hydrothermaux. La minéralisation aurifère est caractérisée par des zones de pyrite disséminée avec de rares stockworks de veines de quartz-carbonate, avec une altération distale de biotite-chlorite-magnétite recouverte par un assemblage proximal d’hématite + microcline + albite + pyrite + quartz.

Le permis de Bagoé couvre une zone dans laquelle convergent les ceintures de roches vertes birimiennes de Syama et de Senoufo. Les deux ceintures comprennent des séquences de roches métasédimentaires, de volcanoclastiques felsiques-intermédiaires et de roches basaltiques moins importantes, ainsi que des intrusions de tonalite et de granodiorite.

Le gisement d’Antoinette est encastré dans une unité métasédimentaire qui comprend de fines intercalations de métasédiment carboné. L’unité semble avoir été le lieu de déformation d’une séquence de roches volcaniclastiques felsiques et andésitiques qui se trouvent près de la marge orientale de la ceinture de Syama. La minéralisation s’étend sur une longueur de ~800 mètres avec des largeurs allant jusqu’à 30 mètres.

Le gisement d’or Juliette est situé à 3,5 km au sud-ouest d’Antoinette et est également situé dans la séquence/structure d’Antoinette. La minéralisation est subverticale, s’étend sur environ 300 m et comprend généralement une seule lentille de 4 à 10 m de large.

La minéralisation à Antoinette et Juliette comprend de la pyrite et de l’arsénopyrite associées à une silicification, des volumes relativement faibles de quartz filonien et une très forte altération en séricite et carbonate de fer. La plupart de l’or est réfractaire et se trouve probablement en solution solide dans l’arsénopyrite et éventuellement la loellingite (FeAs2).

Le prospect Brigitte est situé à environ 2-3 km au nord-est d’Antoinette et se trouve dans l’extension de la séquence/structure d’Antoinette. La minéralisation semble se situer entre des volcaniques mafiques au nord-ouest et un mélange de diorite et de sédiments au sud-est.

Le gisement de Véronique, situé à environ 15 kilomètres au SSE d’Antoinette, est entièrement logé dans un granite à hornblende qui se trouve probablement dans la ceinture Senoufo. La minéralisation est centrée sur une structure unique, de 1 à 6 mètres de large, qui abrite une veine de quartz stylolitique d’un mètre de large portant de l’or visible et des traces de pyrite. Le filon est entouré d’une zone de 2 à 3 mètres de large de granite cisaillé et altéré par de la séricite et du carbonate de fer, portant quelques filons filoniens. La minéralisation s’étend sur 900 m et s’incline à 45 degrés vers le sud-ouest.

EDIKAN GOLD MINE – GHANA

Le programme d’exploration à Edikan se concentre sur des cibles situées à distance de transport d’Edikan et susceptibles d’augmenter la durée de vie de la mine. Perseus intègre les données géologiques, géophysiques, géochimiques et de forage réalisées en 2019 (CGSG), afin de mieux comprendre les perspectives proches de la mine.
Un potentiel d’exploration a été identifié sur les permis d’exploration récemment acquis d’Agyakusu-AM, Agyakusu-DML et Domenase, dans un rayon de 10 km de l’usine existante. La planification est en cours pour le forage de prospects clés dans ces zones de licence.

Géologie

La mine d’Edikan et les permis d’exploitation associés sont situés dans la ceinture aurifère d’Asankrangwa et reposent principalement sur des séquences de roches métasédimentaires de type flysch du Paléoprotérozoïque (Birimien) comprenant des roches volcanoclastiques dacitiques, des grauwackes et des roches sédimentaires argileuses (phyllitiques) qui sont intensément plissées et faillées et métamorphosées en faciès greenschiste supérieur.

Les gisements d’or de la région d’Edikan sont de type orogénique, gris et à roches vertes. La plupart des gisements de cette région sont contrôlés par des structures coupant les roches métavolcaniques et métasédimentaires de Birimian et/ou les granitoïdes de la suite plutonique d’Eburnean.

L’alternance d’épisodes sismiques et intersismiques de déformation a créé un environnement favorable à la minéralisation aurifère. La minéralisation aurifère d’Edikan se présente principalement sous la forme de veines de quartz à haute teneur, ou de stockworks de veines, dans des roches fracturées associées à une déformation cassante, ou dans une minéralisation sulfurée disséminée à basse teneur comprenant de l’arsénopyrite et/ou de la pyrite, dans des zones de cisaillement qui ont subi une déformation ductile. On trouve également des veines de quartz aurifères et des stockworks dans les roches métasédimentaires et métavolcaniques du Birimien, ainsi que dans les bouchons et dykes granitoïdes de l’Éburneen.

Retour haut de page