Environnement et responsabilité Opérations

Perseus s’engage à minimiser l’impact de ses activités sur l’environnement naturel par l’intégration de bonnes pratiques environnementales dans tous les domaines de son activité.

Approche

Nos activités sont conformes à la norme internationale ISO 14001:2015 – Systèmes de management environnemental ainsi qu’aux réglementations environnementales de nos pays d’accueil. Les impacts potentiels sur l’eau, la qualité de l’air, le sol, l’esthétique visuelle et la biodiversité ont été évalués au cours du processus d’évaluation de l’impact environnemental et social mené pour toutes les opérations pendant leur phase de conception, conformément aux normes internationales et en consultation avec nos parties prenantes. Des plans de gestion sont mis en œuvre pendant la construction et l’exploitation pour gérer les risques, complétés par des évaluations des risques menées conformément à notre cadre de gestion des risques. Des programmes robustes de surveillance de l’environnement sont en place afin d’identifier la prévention ou l’atténuation des impacts.

Résidus de forage

Nous reconnaissons que la gestion des résidus – le matériau résiduel, semblable à de la boue, qui reste après que l’or a été extrait du minerai et stocké dans une installation de stockage des résidus (TSF) – préoccupe nos parties prenantes.

Nous nous engageons à prévenir la perte de confinement et les autres impacts environnementaux et sociaux de nos TSF tout au long de leur durée de vie, conformément aux bonnes pratiques internationales largement soutenues, à la gouvernance et à la gestion des risques.

Dès le stade de la conception, l’emplacement et la conception des DAT sont intégrés dans notre développement minier et notre planification opérationnelle, y compris l’engagement avec les communautés locales, la collecte d’informations de base pour informer les décisions tout au long de la durée de vie du DAT, et les évaluations d’impact. L’emplacement, la sélection et la conception de nos TSF sont conformes aux normes de l’Australian National Committee On Large Dams (ANCOLD) et aux réglementations locales. Les mesures de gestion élaborées à partir de ces évaluations sont intégrées dans nos conditions de licence, nos plans opérationnels de site et nos plans HSEC. Tous les TSF sont équipés de systèmes de détection de fuites et de stabilité.

Des experts indépendants conçoivent toutes les élévations et extensions du DAT, dont la construction est suivie de près grâce à l’assurance et au contrôle de la qualité.
Pendant l’exploitation, nous effectuons un suivi, une surveillance et un audit pour vérifier que l’installation fonctionne comme prévu et modifier la gestion de l’installation si nécessaire. Nous maintenons la discipline d’exploitation de nos TSF conformément à leur catégorie de conséquence ANCOLD et aux normes de conception, ainsi qu’aux exigences réglementaires spécifiques au pays (le cas échéant). Des plans de préparation et de réponse aux situations d’urgence sont en place dans chaque exploitation, y compris pour les défaillances des digues de résidus, conformément au profil de risque du DST. Les formations et les exercices de routine sur nos plans d’urgence comprennent des exercices et des simulations sur ordinateur.

En 2020, nous avons amélioré les informations sur les résidus conformément à l’initiative de l’investisseur pour la sécurité des mines et des résidus et nous avons réalisé des audits indépendants de toutes nos installations de stockage des résidus (TSF). Au cours de l’année 20, nous n’avons connu aucune défaillance de digue à stériles ni aucun événement de perte de confinement, renforçant ainsi un record de réussite qui n’a vu aucune défaillance se produire au cours de la vie de l’un de nos MST.

Nous nous efforçons d’être transparents dans les informations relatives à notre gestion du DAT. Un répertoire détaillé des DAT, comprenant l’emplacement, les méthodes de levage, les hauteurs, les volumes, les cotes de risque et d’autres détails techniques, est disponible dans la section Investisseurs et rapports des médias du site Web.

Étude de cas : Conception du barrage de résidus de Yaouré

Nous avons mis en service l’installation de stockage des résidus (TSF) de Yaouré, dans le centre de la Côte d’Ivoire, en décembre 2020.
Il se trouve dans le bassin versant de la rivière Bandama, en amont de celle-ci et en aval du lac Kossou – deux éléments importants pour nos communautés locales en matière d’eau potable, d’assainissement et d’irrigation. Bien que dégradés par l’activité humaine, ils sont tous deux riches en biodiversité et abritent un certain nombre d’espèces animales et d’arbres figurant sur la liste rouge de l’UICN, menacées et vulnérables au niveau mondial. En aval du TSF se trouve le village de Kouakougnanou et une ligne électrique critique de la centrale hydroélectrique de Kossou.

Compte tenu de son emplacement, le TSF a été conçu pour offrir un facteur de sécurité élevé à tout moment, avec un système de revêtement et d’autres mesures de contrôle des infiltrations et des instruments qui fournissent un système de surveillance intégré et robuste. Les principales caractéristiques de conception sont les suivantes :

  • Deux digues en terre multizones formant le stockage de la vallée.
  • Remblai structurel en aval pour améliorer encore la stabilité de la digue et protéger l’établissement de Kouakougnanou.
  • Une couche de sol compacté de 300 millimètres d’épaisseur sur l’ensemble du bassin du TSF, recouverte d’une géomembrane en polyéthylène haute densité.
  • Un système de collecte et de récupération des fuites sous le revêtement du bassin et un système de collecte des suintements en aval, sous le remblai, pour permettre la surveillance et la collecte de tout suintement provenant du TSF dans un bassin de collecte.
  • Un système de drainage souterrain sous le revêtement de sol compacté, pour réduire les infiltrations, augmenter la densité des résidus et améliorer la stabilité géotechnique des remblais.

Gestion des déchets et matières dangereuses

L’extraction et le traitement du minerai pour la production d’or nécessitent l’utilisation de matières dangereuses et génèrent des déchets dangereux et non dangereux. Nous nous engageons à prévenir les impacts sur la santé humaine et la contamination du sol ou de l’eau par des matières et des déchets dangereux.

Les matières dangereuses que nous utilisons dans nos exploitations comprennent la chaux, les floculants, la soude caustique, l’acide chlorhydrique, les explosifs et le cyanure. Nous gérons et surveillons de manière proactive tous les processus de transport, de manipulation et de stockage du cyanure, conformément au Code international de gestion du cyanure (ICMC). Nos plans de préparation et d’intervention en cas d’urgence opérationnelle nous permettent de nous préparer à des rejets de produits chimiques, de matières dangereuses ou de déchets sur des sites spécifiques. Les plans prévoient des formations et des exercices réguliers afin de maintenir notre capacité d’intervention.

Les stériles et les morts-terrains constituent notre principal flux de déchets en volume. Nous les déposons sur le site dans des décharges de stériles aménagées de manière appropriée ou nous les utilisons pour remblayer les fosses. Nous gérons les roches stériles potentiellement génératrices d’acide (PAG) afin d’éviter les drainages de roches acides (ARD).

Les résidus sont notre plus grand flux de déchets dangereux en volume, qui sont éliminés dans nos TSF.

Nos flux les plus importants de déchets non dangereux sont les métaux, le carton, le verre, le plastique et l’aluminium. Les déchets ménagers généraux et les déchets organiques sont éliminés par une décharge sur place. Les articles tels que la nourriture inutilisée, la ferraille, les bouteilles en plastique et le bois peuvent être donnés.

Nous nous engageons à mettre en œuvre des systèmes efficaces pour faire face aux risques pour la santé, la sécurité et l’environnement liés au transport, au stockage, à la manipulation et à l’élimination des déchets et des matières dangereuses. La gestion durable des déchets est assurée par la mise en place de stratégies de réduction, de réutilisation et de recyclage, le cas échéant, et de stratégies d’élimination des déchets appropriées.

Poussière, bruit, souffle et vibration

Nous cherchons à éviter ou à atténuer les effets sur nos travailleurs, les communautés locales et l’environnement du bruit, de la poussière, des explosions et des vibrations liés à nos activités.

Dans toutes nos opérations, nous surveillons le bruit, la poussière, la surpression et les vibrations induites par les explosions afin de nous assurer que nous respectons les exigences légales, les normes de santé et de sécurité au travail et les attentes des communautés locales. Nous assurons également le suivi et le contrôle de tous les griefs liés au bruit, à la poussière, aux vibrations et aux dommages causés aux bâtiments.

Nous surveillons l’exposition des employés et des entrepreneurs à la poussière, au bruit et aux vibrations, et fournissons tous les équipements de protection individuelle, y compris les protections auditives, les masques anti-poussière et autres appareils respiratoires, lorsque les expositions peuvent être supérieures aux limites d’exposition professionnelle sûres.

Tous les griefs soulevés par les parties prenantes concernant la poussière, le bruit, les explosions et les vibrations sont examinés et des mesures correctives sont prises le cas échéant.

Biodiversité et sols

Nous reconnaissons l’importance de la conservation de la biodiversité, la nécessité de disposer de systèmes de zones protégées correctement désignés et gérés, ainsi que d’une planification intégrée de l’utilisation des terres, et nous visons à protéger les écosystèmes et à minimiser ou éviter les impacts sur la biodiversité et les perturbations des terres. Nous n’effectuerons pas d’exploration ou d’exploitation minière dans les zones du patrimoine mondial et nous respecterons les zones protégées désignées par la loi.

Les principaux risques pour la biodiversité dans le cadre de nos activités sont le défrichement, la perte/fragmentation des habitats et les perturbations de la faune dues à la lumière, au bruit et aux mouvements des véhicules. Nous pouvons également contribuer à des impacts indirects, notamment la qualité et la disponibilité de l’eau pour les écosystèmes, la dégradation des sols, les feux de brousse, l’introduction de mauvaises herbes, d’animaux sauvages et de parasites envahissants, et l’immigration humaine entraînant la perte d’habitats. Nos opérations de Yaouré et de Sissingué sont situées à proximité de systèmes fluviaux et des espèces figurant sur la liste rouge de l’UICN sont présentes à côté de chacune de nos zones opérationnelles.

Nous gérons les risques liés à la biodiversité dans nos opérations en appliquant une hiérarchie d’atténuation établie (éviter, atténuer, réhabiliter et, le cas échéant, appliquer des mesures compensatoires) à tout impact négatif potentiel ou résiduel sur les écosystèmes d’eau douce ou terrestres.

Étude de cas : Réhabilitation progressive et crèche sur place à Edikan

Une réhabilitation progressive est en cours sur notre site d’Edikan au Ghana sous la direction de notre département HSE. Edikan propage ses propres plants dans une pépinière sur place, qui est composée de quatre membres du personnel des villages locaux. En décembre 2020, la pépinière contenait environ 44 000 semis répartis sur 32 espèces différentes, dont 60 % sont endémiques au Ghana et les 40 % restants se trouvent au Ghana, mais ne sont pas originaires de ce pays. À ce jour, nous avons réhabilité 14 % des terres défrichées à Edikan.

Fermeture

La planification de la fermeture est intégrée à l’ensemble du cycle de vie de nos actifs exploités, de la conception à la fermeture, en passant par l’exploitation, et au-delà.

Tout en gérant les risques financiers, environnementaux et sociaux associés, notre objectif est de laisser un héritage positif et d’optimiser les résultats de la fermeture en consultation avec les communautés locales et les autres parties prenantes.

Au cours de la conception, nous élaborons des plans de fermeture pour chaque opération, qui comprennent l’approche à adopter pour façonner les reliefs, réhabiliter la végétation, retirer les infrastructures, ainsi que les programmes de réaffectation et de fermeture sociale tels que le développement des moyens de subsistance. Les plans sont également utilisés pour calculer nos provisions pour fermeture et les garanties bancaires détenues par les gouvernements pour chacune de nos opérations, qui sont revues annuellement.

Pendant l’exploitation, nous remblayons les fosses autant que possible, et nous réhabilitons progressivement les zones qui deviennent disponibles, avec l’aide de pépinières sur place gérées par des membres de la communauté locale. Nous recherchons également des opportunités de partenariat avec nos communautés et nos gouvernements afin d’identifier les utilisations des terres après fermeture qui génèrent une valeur environnementale, sociale et économique durable, en particulier des programmes sociaux autonomes.

Étude de cas : edikan

Une réhabilitation progressive est en cours sur notre site d’Edikan au Ghana sous la direction de notre département HSE. Edikan propage ses propres plants dans une pépinière sur place, qui est composée de quatre membres du personnel des villages locaux. En juin 2019, la pépinière contenait environ 52500 plants de 32 espèces différentes, 60% des espèces étant endémiques au Ghana et les 40% restants au Ghana, mais non originaires du Ghana. To date, Ghana has rehabilitated 255ha back to natural with another 70ha rehabilitated to help control erosion. FRENCH À ce jour, le Ghana a remis en état 255 ha de manière naturelle et 70 ha ont été réhabilités pour aider à contrôler l’érosion.

Gestion de l'eau

Nous reconnaissons que l’accès à une eau saine et propre est un droit humain fondamental et qu’il est essentiel au maintien d’écosystèmes sains, des moyens de subsistance et de la qualité de vie des communautés, ainsi qu’à la durabilité de nos activités – nous ne pouvons pas fonctionner sans lui.

Nous voulons être des gestionnaires responsables de l’eau, en planifiant et en gérant de manière responsable les ressources en eau et les risques liés à la disponibilité, à l’utilisation, à la consommation et à la qualité de l’eau. Si nous devons garantir un approvisionnement sûr en eau de qualité appropriée pour nos activités, nous devons également veiller à ce que de l’eau propre soit disponible pour nos communautés, ainsi que pour les environnements et les bassins versants dans lesquels nous opérons. Nous cherchons également à éviter tout impact négatif sur la qualité des eaux de surface et souterraines dans nos zones d’implantation, et nous travaillons avec nos communautés pour améliorer et préserver leur accès à l’eau potable.

Nous maintenons des informations sur le bilan hydrique de chacune de nos opérations, nous cherchons à maximiser l’efficacité de l’utilisation et du recyclage de l’eau, et nous veillons à ce que nos activités ne contaminent pas les ressources en eau partagées.

En tant que contrôle opérationnel clé, nous surveillons la qualité des sources d’extraction et des rejets par rapport à des sites de référence en dehors de nos opérations et aux directives internationales et locales. L’eau est régulièrement analysée pour détecter les contaminants associés à nos activités, ainsi que les caractéristiques physiques et chimiques telles que le pH, les solides en suspension et les nutriments.

Étude de cas : Sissingué Gestion de l'eau

Nous sommes profondément attachés à la gestion de l’environnement et à nos responsabilités en matière de gestion de l’impact de nos activités sur l’eau, la terre et les autres ressources naturelles. La surveillance de la qualité de l’eau est un contrôle essentiel dans toutes nos opérations – elle nous permet de protéger nos ressources en eau partagées, la santé de notre personnel et de nos communautés, ainsi que la stabilité de nos opérations. Un contrôle rigoureux de la qualité de l’eau soutient notre engagement à être des gestionnaires responsables de l’eau et à atteindre l’ODD 6 (eau potable et assainissement).

Perseus contrôle la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines sur l’ensemble de ses sites afin de s’assurer qu’elles conviennent à ses activités opérationnelles et domestiques, et de certifier que l’eau que nous rejetons dans les ressources en eau partagées est sans danger pour nos communautés. Nous surveillons également la qualité des eaux souterraines et de surface en dehors de nos limites opérationnelles, en amont et en aval, afin que des contaminants ne soient pas libérés à notre insu par nos activités. Nous enregistrons les conditions de base de l’eau avant la construction de nos projets, comme point de référence pour identifier les impacts au fil du temps.

Les paramètres de surveillance comprennent les propriétés physiques, telles que la température, l’acidité et les solides en suspension ; les propriétés chimiques et les nutriments, les métaux lourds, les composés chimiques tels que le cyanure, et les paramètres microbiologiques.

Notre exploitation de Sissingué est située dans le bassin versant de la rivière Bagoé qui forme la frontière naturelle entre la Côte d’Ivoire et le Mali. Le fleuve Bagoé s’écoule à l’est vers le fleuve Baoulé pour former le fleuve Bani, l’un des principaux affluents du fleuve Niger, le troisième plus long fleuve d’Afrique.

Nous effectuons des prélèvements mensuels de la qualité de l’eau en amont et en aval de la rivière Bagoé et de ses affluents, ainsi que dans toute la zone opérationnelle, y compris dans les zones de stériles, les zones de stockage du minerai, autour du TSF, dans les zones de carburant et de matières dangereuses, dans la station d’épuration des eaux usées, dans les puisards et les bassins de décantation. Les paramètres physiques sont mesurés sur place, et des échantillons d’eau de chaque site sont également envoyés au laboratoire Biotitiale à Abidjan pour tous les autres paramètres. Des duplicatas de chaque échantillon sont envoyés aux laboratoires SGS aux Pays-Bas pour l’assurance qualité.

Les résultats sont évalués par comparaison avec les directives locales et internationales sur la qualité de l’eau. Si les résultats se situent en dehors des limites indicatives, un nouvel échantillon est prélevé pour confirmer les résultats initiaux.

Les résultats de l’analyse sont compilés chaque mois dans un rapport contenant des conclusions sur les indications de contamination de l’eau ou d’autres impacts. Des mesures de gestion adaptative sont mises en œuvre ou des investigations supplémentaires sont menées si nécessaire.

Le programme est revu chaque année afin qu’il reste aligné sur le profil de risque des activités au fur et à mesure de l’évolution de l’opération et fait l’objet d’un audit indépendant tous les trois ans.

Changement climatique

Nous reconnaissons que le changement climatique représente un risque émergent et croissant qui aura un impact sur notre organisation, nos parties prenantes et les communautés qui accueillent nos activités. En tant qu’organisation, nous nous sommes engagés à comprendre et à gérer les implications potentielles du changement climatique sur nos activités et nos parties prenantes.

Nous avons évalué les risques et les opportunités du changement climatique pour Perseus et avons choisi la Taskforce on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) comme cadre approprié reconnu internationalement pour divulguer nos risques liés au climat, ainsi que notre stratégie pour les gérer.

Stratégie et gestion des risques

Bien que le changement climatique soit une considération et une préoccupation majeures pour nombre de nos parties prenantes, son impact spécifique sur notre activité dans des conditions opérationnelles à court et moyen terme est inférieur à celui d’autres risques commerciaux, tels que la santé et la sécurité, la gestion des résidus et les relations avec les communautés et les gouvernements.

Néanmoins, nous reconnaissons que notre activité est exposée à des risques physiques et de transition liés au changement climatique.

Les risques physiques comprennent l’impact sur nos activités de la chaleur extrême, des inondations, de la sécheresse et des tempêtes, la rupture de la chaîne d’approvisionnement et l’augmentation du coût de fermeture.

Les risques liés à la transition comprennent les changements de politiques climatiques et énergétiques et les changements juridiques en Afrique de l’Ouest, le coût de la transition vers de nouvelles technologies, les changements dans l’offre et la demande d’or et le coût des intrants, ainsi que l’impact potentiel sur la réputation dû à l’examen de plus en plus minutieux par les parties prenantes de notre rôle dans le changement climatique et de notre impact sur les communautés environnantes.

Nous pensons que notre base d’actifs actuelle est relativement peu exposée aux risques physiques, en raison de la courte durée de vie de nos opérations (par rapport à l’impact du changement climatique) de cinq à huit ans. C’est pourquoi nous nous concentrerons dans l’immédiat sur d’autres questions et opportunités essentielles en matière de durabilité, telles que l’engagement communautaire, la santé, la sécurité et le bien-être, ainsi que le développement économique.

Un prix sur le carbone est un risque de transition possible. En Afrique de l’Ouest, la Côte d’Ivoire et le Sénégal explorent la tarification du carbone dans le cadre des options politiques visant à atteindre les objectifs des contributions déterminées au niveau national (CDN). et consultent les parties prenantes pour évaluer les options initiales de conception des politiques. Nous continuerons à surveiller et à évaluer les opportunités et les risques liés à la tarification du carbone.
L’empreinte carbone de l’or est relativement faible par rapport à d’autres ressources minières, notamment en raison de la faible quantité d’or produite chaque année dans le monde (moins de 3 000 tonnes) et de ses niveaux d’intensité d’émissions relativement bas par valeur en dollars US (voir le graphique ci-dessous). L’or a également le potentiel de jouer un rôle important dans les technologies émergentes qui contribueront à faciliter la transition vers une économie à faible émission de carbone, ce qui pourrait nous donner des possibilités de réduire notre impact futur sur le carbone.

Mesures et objectifs

Les impacts environnementaux les plus importants de l’activité de Perseus sont les émissions associées à nos opérations. Nous rendons compte de ces paramètres sur une base annuelle et nous nous efforçons de maximiser notre efficacité énergétique et de réduire nos émissions.

Nous étudions actuellement les possibilités de réduire les émissions dans nos activités et nous tenons compte des coûts lors de l’évaluation des initiatives viables en matière d’efficacité. Nous surveillons les paramètres d’utilisation et d’efficacité pour l’eau, l’énergie et les émissions. Ces indicateurs sont utilisés comme base pour l’identification d’initiatives d’efficacité, lorsqu’elles sont jugées viables.

Émissions

Nous surveillons les paramètres d’utilisation et d’efficacité pour l’eau, l’énergie et les émissions, et nous étudions les possibilités de réduire les émissions dans nos opérations, ainsi qu’une série d’initiatives d’efficacité.

Bien que notre consommation d’énergie comprenne l’hydroélectricité et le gaz naturel, notre principale source d’énergie est le diesel. Par conséquent, nos émissions de portée 1 et 2 provenant de la production de diesel et de l’électricité achetée représentent notre principal défi en matière d’émissions.

CY20 Sources primaires de consommation d’énergie

Émissions des champs d’application 1 et 2

Comparaison avec les pairs des champs d’application 1 et 2 (tonnes de CO2 -e par once d’or)

Il est possible d’adopter des niveaux plus élevés d’énergie renouvelable et à faible émission, mais l’Afrique de l’Ouest présente un environnement difficile pour les énergies renouvelables, notamment en ce qui concerne la sécurité des terres et des infrastructures et les délais d’investissement. Nous tiendrons compte de l’énergie renouvelable dans les évaluations de l’énergie pour tous les nouveaux développements futurs.

Bien que l’intensité des émissions varie en fonction des teneurs en or et des méthodes d’extraction, notre intensité d’émissions de 0,77 tonne de CO2-e par once d’or est légèrement supérieure à la moyenne des pairs de 0,55 tonne de CO2-e par once. Maintenant que Yaouré est en activité, nous nous attendons à ce que l’intensité globale des émissions du groupe diminue dans les années à venir, à mesure que la production d’or augmente.

Émissions du champ d’application 3 pour CY20

Comparaison avec les pairs du champ d’application 3 (tonnes de CO2-e par once d’or produite)

Considérations futures

En tant qu’organisation et membre actif des communautés au sein desquelles nous opérons, nous reconnaissons la nécessité de surveiller et de comprendre de manière proactive les impacts potentiels du changement climatique. Nous continuerons à explorer les moyens de réduire l’intensité carbonique de nos activités actuelles et de toute activité future potentielle.

Bien que notre portefeuille d’opérations actuel minimise le potentiel d’exposition aux risques liés au climat à long terme, les impacts à long terme du changement climatique doivent et seront pris en compte dans la planification stratégique et opérationnelle future, en particulier lorsque la durée de vie opérationnelle est envisagée sur une plus longue période par le biais d’expansions, d’acquisitions ou de projets de développement.

Nous gérerons simultanément les considérations à court terme de la gestion des émissions, les mécanismes potentiels de contrainte carbone à moyen terme (prix du carbone) et les développements technologiques, tout en surveillant le paysage à plus long terme dans lequel les futures décisions commerciales seront prises.

Retour haut de page